village_de_cescau
sesque

UNION NATIONALE DES COMBATTANTS

11 novembre 2015

La journée du 11 novembre 2015 a été particulièrement chargée pour notre association.

Dès 8h45 heures tous les Castédiens, notre porte-drapeau et une partie du conseil municipal se sont réunis pour une brève cérémonie afin de déposer une gerbe devant le Monument aux Morts de Casteide-Cami.

 

 

Nous nous sommes tous retrouvés ensuite sur le parvis de l’église de Beyrie-en-Béarn pour l’inauguration du nouveau Monument aux Morts de la commune. En effet, monsieur le maire de Beyrie a sollicité notre association pour l’aider dans l’organisation de cet évènement. Après la messe et la baptême du monument par monsieur le curé de la paroisse, la cérémonie militaire s’est déroulée devant une assistance fort nombreuse et recueillie. 6 drapeaux représentatifs de différentes associations de vétérans et un piquet d’honneur en armes du 5ème Régiment d’Hélicoptères de combat (RHC) ont donné une vraie dimension solennelle à cette cérémonie. L'ordre du jour a retracé les vies bien trop courtes des trois "Morts pour la France" inscrits sur le Monument : Édouard LAYRÉ, Isaac TAPIE et Léon CAZAUBON.

/upload/files/NEWS_11_NOVEMBRE_2015_ODJ.pdf

 

 

Enfin, nous nous sommes retrouvés devant le Monument aux Morts de Cescau pour la traditionnelle cérémonie. Après le discours de monsieur le maire, la lecture du message du Secrétaire d'État aux Anciens Combattants et à la Mémoire auprès du ministre de la Défense et la lecture des Morts pour la France, les maires des trois communes ont déposé une gerbe au pied du Monument. À la suite de la sonnerie aux Morts et de la minute de silence, les enfants des écoles ont entonné une vibrante Marseillaise reprise par l’assistance nombreuse et de plus en plus fidèle à ce rendez-vous.

Publié le07/03/2016

70ème anniversaire du décès de Pierre Gaston Fulbert MARCHAND-ALLIER

Le dimanche 7 décembre 2014, les Anciens Combattants ont rendu hommage à Gaston MARCHAND-ALLIER décédé en captivité le 5 décembre 1944.

À l’occasion de la cérémonie conjointe des fêtes patronales de Casteide-Cami et de la commémoration de la journée nationale d'hommage aux "Morts pour la France" pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie les trois villages de Cescau, Casteide-Cami et Viellenave d’Athez ont rendu un vibrant hommage à Gaston MARCHAND-ALLIER seul mort des 3 villages durant la seconde guerre mondiale.

Près de 200 personnes ont assisté à la messe et ont visité l’exposition « La citoyenneté » installée dans la salle des mariages de la mairie par l’association « Le Souvenir Français ».

La cérémonie militaire, présidée par Mr David HABIB, député de la 3ème circonscription des Pyrénées Atlantiques était rehaussée par la présence d’un piquet d’honneur fourni par le Groupement de Soutien de la Base de Défense (GSBdD) de Pau-Tarbes-Bayonne aux ordres du Sergent-Chef Morganne JOANNIC et 8 drapeaux d’associations de vétérans.

Mme Maryse PAYBOU, maire de Casteide a prononcé son mot d’accueil entourée des autorités présentes, Mr Hervé LAFFITE maire de Cescau, Mr Fernand CAMGUILHEM maire de Viellenave, Mr Philippe GARCIA conseiller général du canton d’Arthez, Mr le Capitaine Philippe HOGARD représentant le Délégué Militaire Départemental, Mr Guilain MARES président de l’UNC Groupe Béarnais, Mr le Capitaine Joël PRUDHOMME chef du centre de secours de Mourenx/Artix.

Puis Mme Marie-José MARCHAND-ALIER, nièce de Gaston a prononcé un discours plus qu’émouvant intitulé : « Mon Oncle, ma famille, mon village » :

« C’est avec une intense émotion que j’assiste aujourd’hui à l’hommage rendu à mon oncle Pierre Gaston MARCHAND-ALIER.

Je ne l’ai pas connu puisque je suis née après la guerre, mais une partie de mon enfance a été bercée par son souvenir fréquemment évoqué à la maison.

Il était une fois :

Mes grands-parents qui eurent 2 enfants : Pierre Gaston mon oncle, Roger mon père.

Après une jeunesse très choyée, libre et insouciante, mon oncle qui vivait à Bordeaux et mon père à Paris, furent mobilisés  en septembre 39, partirent à la guerre et restèrent prisonniers 5 ans.

Mon père revint, pas mon oncle.

La douleur de ma grand-mère fit que pendant de nombreux mois, elle se rendait toutes les semaines à la préfecture de Pau, pour entreprendre des recherches et essayer de savoir où était son fils et je crois qu’elle n’a jamais su.

J’ai compris plus tard pourquoi quand j’étais enfant et qu’il y avait à la télévision un film sur la guerre de 39, ma grand-mère et mon père, dans toute leur dignité, ne pouvaient s’empêcher d’avoir leurs yeux embués de larmes.

J’ai compris aussi pourquoi mon père racontait que lorsque ma mère était enceinte de moi, il souhaitait que je sois une fille afin que je n’aille pas à la guerre. Le poids de la disparition de son frère et le fait qu’il soit le seul des 2 à être revenu était trop lourd à porter pour lui.

Et un jour, il y a 2 ans, au hasard d’un clic sur internet, j’ai découvert que mon oncle était inhumé à la Nécropole du Struthof  avec 1 120 autres français…

Le choc. Si ma grand-mère qui fut ma seconde maman était encore de ce monde, elle aurait enfin su….

Le Struthof était le seul camp d’extermination et de concentration nazi sur le sol français. 52 000 prisonniers sont passés par ce camp.

Mes cousins François, Aline, Louis et Annie LARTIGUE ainsi que Robert et Monique RANQUE s’y sont rendus il y a 1 an et ont découvert, grâce à la perspicacité de Robert, qu’il y avait une erreur de gravure et qu’il n’y avait pas le bon nom sur la bonne tombe. J’ai fait le nécessaire pour que l’erreur soit rectifiée.

Dorénavant, il y a bien son nom sur sa tombe.

Dans ma vie, j’aurai au moins fait ça pour lui…..

Puis, avec JC GIEN, nous avons fait des recherches et eu accès à son dossier il y a 2 mois,  à l’intérieur duquel il y a une lettre écrite à la fin de la guerre par un prisonnier français évadé en Juillet 1944. Cet ancien prisonnier « souhaitait de tout cœur retrouver mon oncle en vie et en bonne santé » car Il écrit qu’il lui a sauvé la vie en l’aidant à s’évader. Suite à cette aide, c’est mon oncle qui s’est fait arrêter par la police allemande pour aide à un autre prisonnier français, est parti en prison pendant 3 mois puis dans un camp d’où il n’est jamais ressorti vivant.

J’étais déjà fière de lui, mais là, il est à jamais le héros de mon cœur.

C’est grâce à des milliers de victimes innocentes comme lui, qui se sont battues au prix de leur vie que nous sommes libres aujourd’hui. LIBERTE : 7 lettres que nous ne devons jamais oublier

« Le bourreau tue toujours 2 fois, la seconde par l’oubli » Elie Wiesel.

Je voudrais enfin avoir une pensée pour ma mère adorée, Odile VERGEZ qui a été pendant cette guerre une résistante très active. Il y avait un groupe de maquisards qui étaient basés ici dans une grange des bois de la Geüle. Elle a pris des risques insensés en leur transmettant tous les messages qu’elle recevait à son nom et qui leur étaient destinés. Lorsque les allemands sont rentrés dans  Casteide, elle est partie avec sa tante Eva LARTIGUE, en pleine nuit à travers bois, les avertir afin qu’ils prennent leurs dispositions et ainsi éviter un problème à tout le village.

Ceci m’a été rapporté par elle, mais aussi par Mr Marcel DUMAS, ici présent aujourd’hui, qui était l’un de ces maquisards. Respect à vous Mr DUMAS… BAYONNE, ainsi qu’à tous ceux qui ont résisté.

Enfin :

Merci à Mme le Maire, Maryse PAYBOU, mon amie, d’avoir accepté que cet hommage ait lieu ce jour anniversaire des 70 ans de la mort en captivité de mon oncle mais aussi jour de fête de Casteide qui a une symbolique très particulière, à d’autres titres, pour ma famille.

Merci aux autorités Civiles et Militaires.

Un merci particulier à JC pour avoir pensé à organiser cette cérémonie, pour les recherches qu’il a faites et à Robert pour l’avoir aidé.

Merci à mon mari pour la patience dont il a fait preuve pendant mes recherches ponctuées de doutes, d’enthousiasmes, de déceptions…

Merci à vous tous pour votre présence.

Merci aux enfants, qui vont chanter la Marseillaise dirigés par ma cousine Cécile LARTIGUE, car après avoir beaucoup parlé du passé, ces enfants sont notre avenir. Soyez heureux les enfants.

Merci. »

Très touchée par son discours l’assistance applaudit très chaleureusement Mme MARCHAND-ALIER.

Après cette « séquence émotion », la cérémonie militaire reprit son cours avec la lecture de l’Ordre du Jour, la lecture du message de monsieur Jean-Marc TODESCHINI, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la Mémoire, l’appel aux Morts, les dépôts de gerbe et la minute de silence.
 
Ensuite, les enfants des écoles ont entonné une vibrante Marseillaise reprise en chœur par toute l’assistance.

À l’issue, Mme le maire de Casteide a convié toute l’assistance à partager le verre de l’amitié.

/upload/files/NEWS_MARCHAND_ALLIER_ODJ.pdf

Publié le07/10/2014

UNION NATIONALE DES COMBATTANTS

                                                                                       

Qu’est-ce que l’UNC (Union Nationale des Combattants) ? Le langage courant et la mémoire collective les baptisent « Les Anciens Combattants »…..

C’est une Association (loi 1901) qui a été crée au sortir de la grande guerre (14-18) par deux personnes diamétralement opposées :

                 - Le père BROTTIER : exempté d’obligations militaires à cause de sa santé fragile, il a été néanmoins aumônier militaire volontaire et a passé tout le conflit en première ligne sans jamais être blessé, ce qui lui a valu 5 citation à l‘ordre de l‘Armée…..

                  - Georges CLEMENCEAU : homme politique (président du Conseil) anticlérical viscéral, à l’origine de la loi sur la séparation de l’église et de l’état.

Preuve que l’on peut avoir des opinions diamétralement opposées et réaliser de grandes choses.

Notre sous-section regroupe les vétérans des 3 villages de Cescau, Villenave d’Arthez et Casteide-Cami). Elle est rattachée à la section des Deux Luys de l’ancien canton d’Arzacq. À ce jour, elle est forte de 22 membres issus de plusieurs générations de combattants :

                  - 2 vétérans de la seconde guerre mondiale

                  - 4 vétérans AFN (combattants Algérie, Afrique du Nord et Maroc)

                  - 9 vétérans OPEX (opérations extérieures commencées au TCHAD en 1978 et jusqu’à aujourd’hui).

                  - 6 soldats de France (personnes ayant fait leur service militaire ou des militaires de carrière n’étant pas allés en OPEX).

                  - 1 veuve

Les buts principaux de notre association sont :

                  - perpétuer le souvenir des morts pour la France à travers les cérémonies des 8 mai, 11 novembre et 5 décembre. C’est grâce au sacrifice des personnes inscrites sur nos Monuments aux Morts que nous pouvons vivre libres dans notre pays.

                  - contribuer au devoir de mémoire et à la formation civique des jeunes générations en intégrant les enfants des écoles à chaque cérémonie.

Nous nous retrouverons donc chaque année avec les enfants des écoles, leurs parents et le corps enseignant :

                   - le 8 mai devant la stèle du monument aux morts de Villenave d’Arthez

                   - le 11 novembre devant le monument aux morts de Cescau

                   - le 5 décembre devant le monument aux morts de Casteide-Cami

Tout le monde peut rejoindre notre association. Elle n’est pas fermée aux seuls militaires, aux seuls vétérans. Toutes les personnes intéressées par notre démarche et ayant envie de nous rejoindre, le peuvent. Nos statuts nous le permettent.

Bureau

Président : Jean-Christophe GIEN

Vice président : Bernard CHAUBET

Trésorier : François CHAUVENET

Secrétaire : Jean-Christophe GIEN

UNION NATIONALE DES COMBATTANTS

Siège Social

Mairie de Casteide-Cami

1148 Route des Crêtes

64170 CASTEIDE CAMI

Téléphone : 06.76.81.76.46

Nous contacter